Définition du design fiction

Qu’est-ce que la design-fiction ?

Le design fiction est un terme inventé par Chris Dixon en 2014.

Il est une forme de design qui prend souvent la forme d’une histoire. Le but est de créer de l’empathie entre les gens et de les inciter à agir.

Le design fiction est un outil efficace pour transmettre des idées et des concepts de manière convaincante. Il peut être utilisé dans le marketing, la publicité, le développement de produits et même l’éducation.

Le concept de design fiction a été introduit pour la première fois par le designer allemand Bruno Munari dans son livre de 1958 « Fiction & Science Fiction ». Avec son co-auteur Piero Manzoni, il a écrit sur ce qu’ils ont appelé « un nouveau genre de littérature » qui relierait la science-fiction et la fantaisie. Ils ont été inspirés par les œuvres de Jules Verne et HG Wells ainsi que d’autres auteurs européens, dont Edgar Allan Poe, André Gide, Robert Louis Stevenson.

Caractéristiques

Le design fiction est un type de travail spéculatif qui s’appuie sur des interprétations nouvelles et idiosyncrasiques des tendances émergentes de la société. Il explore de nouvelles façons d’utiliser la technologie à l’avenir, ainsi que la façon dont la culture pourrait changer.

C’est ainsi que la pratique vise à nous interroger en secouant le statu quo et en questionnant nos normes, notre éthique et nos valeurs.

L’œuvre de Fabien Girardin est considérée comme la preuve d’un agenda affectif dans la conception spéculative de la fiction. Co-fondateur de Near Future Laboratory, les fictions de Fabien tendent à s’éloigner des visions manichéennes du futur (utopie ou dystopie) et explorent les zones d’ombre.

L’écriture de l’IA aide à offrir une perspective différente sur l’avenir. Il vous permet de voir différentes possibilités, de donner des descriptions uniques de l’avenir et de discuter des façons dont les choses seraient différentes plutôt que de surveiller des types d’avenir similaires comme la dystopie ou l’utopie.

Méthodologie et processus

Le design fiction est une pratique ouverte et évolutive, que les praticiens gardent généralement pour eux. Cependant, certaines méthodes courantes peuvent être trouvées dans cette pratique.

Les questions « et si… ? »

Le design fiction est souvent basé sur la question « et si? », ce qui lui permet de réfléchir à ce qui pourrait arriver dans le futur. 

Pour écrire une bonne science-fiction, vous devez utiliser le format interrogatif et vous concentrer sur l’exploration des tendances et des points de friction. Si vous pouvez créer un univers fictif qui se déroule dans un futur proche alternatif, alors vous avez bien fait votre travail.

Les prototypes diégétiques

Le scénario spéculatif et l’univers dans lequel il se déroule sont rendus tangibles grâce aux outils et méthodes de conception qui permettent aux créateurs de concevoir ce que David A. a fait.

Kirby est crédité comme le premier à appeler des « prototypes diégétiques ». Une diégétique désigne les attributs narratifs du prototype, sa capacité à « raconter un monde » tout en laissant place à l’imaginaire du spectateur.

Julian Bleecker est un designer de recherche à Yale, qui croit que les objets de fiction design sont des totems à travers lesquels une histoire plus longue peut être racontée, imaginée ou exprimée. Ils sont comme des artefacts d’un autre endroit, nous racontant des histoires d’autres mondes.

La génération de discussions et de débats

Le design fiction peut être popularisé dans divers contextes, selon le public visé. Il s’agit notamment de plateformes de partage de vidéos en ligne, de réseaux sociaux, de sites Web dédiés, de galeries et de musées. Si ces objets sont rendus publics sans leur caractère fictif, ils peuvent apparaître comme artificiels à certains publics.

Le projet 99¢ FUTURES de l’Extrapolation Factory a pu montrer qu’il était possible de stimuler le débat et la discussion en dehors des objectifs institutionnels, en profitant de ce que les chercheurs appellent « l’espace de ré-imagination ».

Le studio avait exposé ses artefacts dans les rayons d’un magasin, parmi des produits de consommations « réels », suscitant ainsi des discussions parmi les clients tombés sur ces fragments de futur.